Genèse et liens associatifs

L’Ecole d’Armes Bodaishinkan Ryu (l’Ecole de l’Eveil) est fondée par Bernard Wirz en 1999.

Mais préalablement à cette date. le Groupement (Enseignant et Etudiants) existe officieusement depuis 1989, période durant laquelle l’arme de prédilection se trouve être le Nunchaku : étude des pratiques d’Okinawa ; exercices basés sur la méthode de Kanazawa Sensei ; assimilation de l’enseignement du Professeur Tacchia (Suisse) ; recherches au sein des Arts martiaux chinois ; stage de 3 mois à Taïwan ; rencontres et échanges lors des Championnats d’Europe et Championnats du Monde auxquels Bernard Wirz participe ; etc.

C’est depuis 1989 que s’est progressivement imposée l’étude classique du Boken et du Sabre: pratique des Armes au sein de différents groupements d’Aïkido ; approche de Saïto Sensei (rencontre au Dojo d’Iwama lui-même) ; participation à différents stages des styles Sete Iaï et Muso Shinden Ryu ; études des documents filmés et écrits de différentes Ecole d’Armes japonaises classiques ; visites au Butokuden de Kyoto ; etc.

C’est avec l’étude du Bâton (Jô), mais influencée par la nature singulière de la pratique du Nunchaku, que les bases techniques originales de l’Ecole BDSK furent posées, ceci dès 1995.

C’est bien à partir de cette époque que furent créées les Formes originales de l’Ecole d’aujourd’hui. Cette étude particulière du Jô (qui ne correspond pas à celle de Maître Shimizu, ou à d’autres Ecoles de Jô, précisons-le au passage) allait progressivement s’accompagner de la création de Techniques originales d’Iaïdo, et des applications Jô contre Boken (Jô-Jutsu), et Boken contre Boken (Ken-Jutsu).

Et l’on peut dire que c’est en 1999, date de la Fondation de l’Ecole, que les Formes sont abouties en effet.

C’est à cette même date que Bernard Wirz et Théophile Emmanouilidis envisagent de persévérer dans une étude plus systématique des Styles classiques. Tous deux s’engagent alors résolument dans l’étude de 2 Ecoles : Muso Shinden Ryu, et le Style Toho de Maître Nishio.

Si les Formes de l’Ecole BDSK étaient d’ores et déjà créées, la rencontre avec ces deux Styles de pratique allait certes venir soutenir certains détails inhérents à ces Formes. Mais si tel est le cas, il est important de noter que l’influence reste superficielle : en 1999, le 9 Kata de Jô de l’Ecole BDSK, leurs transferts et applications en Iaïdo, Ken-jutsu, Jô-Jutsu et Nunchaku sont d’ores et déjà posés dans leur quasi totalité.

Pour ce qui est de ses Affiliations à quelques Instances officielles, l’Ecole entend maintenir de bons rapports avec la Fédération Européenne d’Iaïdo (FEI) : nombres d’Etudiants de l’Ecole s’attachent d’ailleurs à poursuivre l’étude de Muso Shinden Ryu ; quelques pratiquants expérimentés se sont en outre présentés avec succès à des Examens organisés par cette Instance.

De la même manière, l’Ecole privilégie les rapports qu’elle entend avoir avec la Fédération Toho de Maître Nishio (Japon et Europe) : par l’enseignement prodigué par Bernard Wirz et Théophile Emmanouilidis, les Etudiants de BDSK sont parfaitement au fait des Techniques d’Iaïdo et leurs applications du Groupement Toho. Les stages organisés par le Professeur Jean-Michel Bovio, en ville d’Annecy, sont assidûment fréquentés par les élèves avancés de l’Ecole BDSK. Au demeurant, cela fait une dizaine d’année que Bernard Wirz et Théophile Emmanouilidis suivent les enseignements que Ioshida Sensei et Arisue Sensei (successeurs de Maîtres Nishio) prodiguent lors de leurs stages (Danemark, Tchéquie, France)

Pour ce qui est de l’Ecole BDSK et de son Style original, il est clair qu’elle ne dépend que d’elle-même, et qu’elle entend maintenir sa totale indépendance à l’égard d’autres instances officielles. Elle croit à l’excellence de son style, de son niveau technique, de ses enseignants. Elle entend se placer à pied d’égalité par rapport aux Ecoles japonaises, telles que celles-ci sont étudiées en Suisse, en Europe, au Japon même.

A cet égard, il est à relever que des Etudiants (porteurs de Dan et Enseignants de l’Ecole) aujourd’hui installés en Suisse alémanique, au Canada, au Japon, persévèrent dans leur étude des Formes de l’Ecole BDSK ; et si l’occasion devait se présenter, le Style propre à l’Ecole pourrait aussi bien s’établir dans ces différentes contrées du monde.